Amélioration de la collecte et du traitement des déchets à Mascara, Mostaganem, et Sidi Bel Abbes, Algérie

Mise en œuvre d’un projet de coopération « Appui à la Gestion Intégrée des Déchets » (AGID) dans les Wilayas de Mascara, Mostaganem et Sidi Bel Abbes.

Télécharger le PDF

OBJECTIFS

Les principaux objectifs étaient les suivants :

Introduire une collection séparée.

S’appuyer sur les réalisations d’un projet précédent à Mascara.

Développer l’apprentissage de pair-à-pair, y compris parmi les acteurs algériens.

Se concentrer sur les opérations « bottom-up ».

INFORMATIONS DE BASE ET LOCALISATION

Informations générales sur le territoire:

 Localisation : Mascara, Mostaganem et Sidi Bel Abbes

 Pays : Algérie

 Population : Mascara (123 162), Mostaganem (158 443) et Sidi Bel Abbes (233 771)

 Densité : 18,73 hab./km2

Informations générales sur la gestion des déchets en Algérie:

La gestion intégrée des déchets reste un défi majeur en Algérie:

13,5 millions de tonnes de déchets sont produites chaque année par 42 millions d’habitants.

 La plupart des déchets ménagers finissent dans les décharges, dont 7 à 8 millions de tonnes pourraient être valorisées.

 Le taux de recyclage des déchets ménagers est de l’ordre de 7 à 8 %, ce qui reste très faible ; près de 50 % de ces déchets sont organiques, suivis des déchets d’emballage, notamment en plastique, qui représentent 15 % des déchets ménagers.

Les quantités collectées de déchets municipaux dans les trois Wilayas se situent entre 400 et 500 tonnes/an.

LES ORGANISMES DE MISE EN ŒUVRE

AGID était un projet de coopération algéro-belge mis en œuvre par l’Agence belge de développement et l’Agence nationale des déchets (AND) d’Algérie. Dans le cadre du projet, trois opérateurs publics belges de déchets solides ont signé un accord-cadre de coopération avec ENABEL (l’Agence belge de développement) afin d’effectuer des missions d’assistance technique pour le projet en Algérie :

 TiBi : anciennement connu sous le nom d’Intercommunale pour la Collecte et la Destruction des Immondices (ICDI) est un consortium de communes en charge de la gestion des déchets dans la région de Charleroi (pour plus de 423 000 habitants).

 Bruxelles-Propreté est l’agence pour la gestion des déchets de la Région de Bruxelles (1,2 million d’habitants), dont les principales missions sont la collecte et le traitement des déchets ménagers, la propreté et l’éducation à l’environnement.

 Intradel est l’agence intercommunale chargée de la gestion des déchets ménagers et assimilés : prévention, réutilisation, collecte, tri, recyclage, valorisation et élimination. Elle intervient au niveau des 72 communes de la Province de Liège (représentant 1,2 million d’habitants).

LES PRINCIPALES PARTIES PRENANTES IMPLIQUÉES

 Autorités régionales et locales (Wilayas) et coopératives de Mascara, Mostaganem et Sidi Bel Abbes.

 ONG locales.

 Plusieurs ministères algériens, notamment : Ministère en charge de l’Environnement, Ministère des Finances, Ministère en charge des Collectivités locales, Ministère des Affaires Étrangères.

 ENABEL : qui a des accords-cadres de coopération avec plusieurs partenaires en Belgique et dont les compétences « professionnelles » sont utilisées dans la mise en œuvre de ses projets.

CONTEXTE DE LA COLLABORATION

La coopération belge est présente en Algérie depuis plus de quarante ans dans le domaine de la gestion des déchets. Les dispositions relatives à AGID étaient régies par la Convention générale de coopération au développement signée à Bruxelles le 10 décembre 2002 entre le Royaume de Belgique et la République Algérienne Démocratique et Populaire. Dans ce cadre, deux Programmes Indicatifs de Coopération (PIC) avaient été élaborés dont l’un était AGID.

DESCRIPTION DES ACTIVITÉS

Le programme AGID a couvert tous les aspects de la gestion des déchets : organisation de la collecte, exploitation des infrastructures, contrôle technique des équipements et campagnes de sensibilisation.

Le projet visait à démontrer la faisabilité de nouveaux modèles de gestion des déchets ménagers dans les trois Wilayas mentionnées ci-dessus, basés sur la récupération et le recyclage des déchets. Il s’articulait autour de trois axes :

Renforcement des capacités en matière de :

    • La gestion des déchets : collecte, tri à la source, compostage, développement de filières de valorisation des déchets,
    • La gestion des centres de collecte de l’EPIC,
    • La communication et la sensibilisation pour la mobilisation des acteurs de la société civile.

Infrastructures : construction de 3 centres de transfert, 3 centres de compostage, 3 centres de tri, projets pilotes pour le développement de nouvelles filières de valorisation des déchets.

Instruments : acquisition d’outils et de logiciels, formation et soutien pédagogique aux acteurs locaux.

FINANCEMENT

Le budget global du projet était de :

Contribution algérienne : 1 000 millions de DA

Contribution belge : 11 millions d’euros

PRINCIPALES RÉALISATIONS ET RÉSULTATS

Le projet AGID a développé plusieurs outils pour produire des données de qualité et des outils pour les traiter. Les principaux résultats du projet peuvent être résumés comme suit :

Le système national d’information sur les déchets (SNID) : système de suivi des déchets pour l’enregistrement des flux avec l’implication de l’Agence nationale des déchets et des Wilayas.

Une sensibilisation accrue des citoyens à l’importance d’une bonne gestion des déchets : un kit de sensibilisation et des actions pédagogiques sur le tri des déchets.

L’organisation et l’optimisation de la collecte des déchets ménagers et assimilés : géolocalisation de la collecte des déchets grâce au suivi de la collecte via un serveur (par camion et par zone) et un Plan Directeur via le SIG.

La construction/équipement de nouvelles infrastructures.

KEY FACTORS OF SUCCESS

The project was coherent and clearly anchored in the national policies of Algeria and well suited to the new vision for: the development of integrated waste management in Algeria; the creation of recovery companies; and the establishment of recovery channels. It also provided a response technically appropriate to meet the country’s needs and priorities.

To a large extent, AGID contributed to the capacity building of the AND. The regional branch of the AND in Oran has acquired professional experience and a certain maturity which makes it more able to fully play its role of supporting the 3 Wilayas addressed by the project. This experience could serve as a model for other regional branches.

Other successes of the project were:

The mobilisation of key stakeholders around common objectives, and getting them all involved in the new model of waste management.

Awareness and education programmes addressing all levels of society including children.

The digitalization of waste data in a single system to monitor the collected waste.

LES FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS

Le projet était cohérent et clairement ancré dans les politiques nationales de l’Algérie et bien adapté à la nouvelle vision pour : le développement de la gestion intégrée des déchets en Algérie ; la création d’entreprises de valorisation ; et la mise en place de filières de valorisation. Il a également apporté une réponse techniquement appropriée pour répondre aux besoins et aux priorités du pays.

Dans une large mesure, AGID a contribué au renforcement des capacités de l’AND. L’antenne régionale de l’AND à Oran a acquis une expérience professionnelle et une certaine maturité qui la rendent plus apte à jouer pleinement son rôle d’appui aux 3 Wilayas concernées par le projet. Cette expérience pourrait servir de modèle aux autres antennes régionales.

Les autres succès du projet ont été :

La mobilisation des principales parties prenantes autour d’objectifs communs, et leur implication dans le nouveau modèle de gestion des déchets ;

Des programmes de sensibilisation et d’éducation s’adressant à tous les niveaux de la société, y compris les enfants ;

La numérisation des données relatives aux déchets dans un système unique de suivi des déchets collectés.

LES LIMITES ET LES DÉFIS

Le projet AGID était un projet ambitieux avec des ressources financières importantes à utiliser sur une courte période. La planification du projet prévoyait la construction d’infrastructures de valorisation des déchets industriels (tri/compostage) dans les 3 wilayas de la zone d’intervention. Cependant, seul un centre de tri sur trois a été construit (mais non opérationnel, en raison de retards administratifs, par exemple, des procédures de marchés publics sous-estimées).

Pour se donner plus de chances de succès, le projet aurait probablement dû impliquer beaucoup plus les autorités de la Wilaya et leur autorité de tutelle, le MICLAT. Néanmoins, le projet AGID permet de tirer de précieuses leçons, notamment sur l’importance d’apporter plus de réalisme aux discours souvent très théoriques et trop idéalistes en matière de transition vers une économie verte et circulaire.

LES LEÇONS TIRÉES ET LA REPRODUCTIBILITÉ :

La gestion intégrée des déchets implique de nombreux acteurs et professionnels nécessitant beaucoup de coordination et de gestion.

Les difficultés liées à la gestion des déchets ménagers (absence de tri à la source, traçabilité dans la gestion des flux, décharges, engagement citoyen, etc.) ont été sous-estimées lors de la formulation du projet. Une bonne évaluation initiale des éléments critiques est essentielle avant de lancer les actions.

Si ce type de projet devait être reproduit, il est essentiel de prendre en compte les éléments suivants :

Réalisme et gestion du temps : bien évaluer et faciliter les procédures administratives liées aux marchés publics pour éviter les retards. Connaître le contexte et la culture du pays afin de s’adapter et d’anticiper des solutions alternatives en cas de difficultés.

Mettre à jour le système de données pour la gestion des déchets au début du projet, pour pouvoir suivre l’évolution des volumes de déchets par jour et assurer la traçabilité.

Une bonne coordination avec tous les partenaires institutionnels, les acteurs privés et la société civile dans la chaîne de valeur des déchets ménagers est nécessaire pour :

    • S’assurer de la participation de tous les acteurs de la chaîne de valeur des déchets.
    • Sensibiliser et éduquer le grand public pour qu’il s’engage dans le tri et la collecte des déchets.
    • Assurer la traçabilité des flux de déchets.

RÉFÉRENCES, LIENS VERS DES INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

• https://open.enabel.be/fr/DZA/2136/p/appui–la-gestion-intgre-des-dchets.html

https://agid-algerie.org/2018/12/19/atelier-a-sidi-bel-abbes-sur-lorganisation-de-la-collecte-et-le-recours-a-la-geolocalisation/

• AGID -Appui à la Gestion Intégrée des Déchets (ALG 14 020 11) Algérie

• Draft final, 27 février 2020, ENABEL, Agence Belge de Développement

Informations clés (tags)

Sujet : collecte, recyclage

Fraction des déchets : déchets municipaux

Groupe ciblé : municipalités

Instruments : renforcement des capacités, infrastructure, communication

Date de mise en œuvre

De mai 2014 au 30 juin 2019